7 choses à bannir lors de la refonte de son site (pour éviter de perdre de l’argent et un temps fou)

Par Charline-Ève Pilon

Tout d’abord : pourquoi refait-on son site web ? Pour être mieux référencé, pour devenir encore plus cool que ses concurrents, pour augmenter ses ventes… Toutes les raisons sont bonnes pour viser une transformation de sa plate-forme web. Seulement, faire évoluer son site vers le mieux peut s’avérer décevant et loin d’être idéal si on balaie de la main certaines étapes essentielles. C’est l’occasion de proposer sept choses à proscrire avant de vous attaquer à cet ambitieux projet.

 

Ignorer ses statistiques

Éviter de jeter un œil sur ses résultats immédiats risque de coûter cher à tous les égards. Avoir accès à ses données analytiques en dit beaucoup sur la santé de son site. Quelles sont les pages qui fonctionnent peu? Quelles sections sont les moins performantes? Combien de visiteurs viennent faire leur tour et combien de temps restent-ils? Quel est le taux de conversion? C’est rien de moins qu’une radiographie virtuelle permettant d’éviter les mêmes erreurs qu’avant la refonte, d’apporter des améliorations et de vous assurer que votre investissement en temps et en argent cheminera vers la bonne place.

Mieux : impliquez les acteurs de différents départements à cette étape. De Denise la comptable à Richard le coordonnateur, tous ceux qui sont concernés aideront à mettre le doigt sur les bons coups et les actions plus déficientes. Faire le diagnostic des forces et des faiblesses du site web de son entreprise en comité est une véritable thérapie et surtout, elle renforce l’enlignement que l’on veut prendre et l’engagement des équipes.

 

Snober la concurrence

Vous l’avez fait lorsque vous avez créé votre entreprise, ne négligez pas l’idée de le refaire pour votre site. Au bout de quelques clics, apprenez à voir ce que vous appréciez de vos concurrents et ce que vous pouvez apporter de plus et qui vous permettrait de vous distinguer. Quelles sont leurs stratégies web? De quelle façon communiquent-t-ils en ligne? Les opportunités du marché peuvent mener à vous différencier et à dévoiler vos valeurs ajoutées lorsque unis à vos forces. Observer la compétition sur le web pour en comprendre ses comportements est de mise si l’on souhaite sortir les meilleures pratiques de son jeu.

Mieux : aller vous promener et rendre visite « physiquement » à vos concurrents. Parce que l’environnement dans lequel évolue votre compagnie en ligne et hors ligne diverge. C’est la même chose pour eux. Si ce n’est pas possible parce qu’ils n’ont pas pignon sur rue, essayez de déterminer quels sont leurs bons et moins bons coups. Vous aurez ainsi un portrait global de vos rivaux et surtout une idée des erreurs à ne pas répéter.

 

Faire fi de ce qu’on vise

Quand vous courrez, vous avez peut-être en tête d’atteindre un 5 km? D’augmenter la cadence de votre jogging à chaque occasion? C’est la même chose pour un nouveau site : ça prend des objectifs. Éviter de définir clairement les bénéfices souhaités de son projet générera un effet de surplace pour reprendre l’allusion à la course.

Les objectifs désirés modèleront la façon dont le site sera établi. Ils représentent le « quoi », la base d’un projet web. Ces objectifs peuvent être quantitatifs ou qualitatifs. Par exemple, en visant un nombre donné de clients ou de ventes chaque mois, vous déterminez le nombre de visites que vous désirez atteindre sur votre site. Le: « Je souhaite que mon site soit le plus beau de l’industrie et le mieux référencé » est tout aussi louable. C’est une étape importante à détailler et à prioriser.

Mieux : Profitez du fait de réfléchir à vos objectifs pour vous pencher sur les méthodes à privilégier. Après le « quoi », vient le « comment ». On peut arrêter notre choix sur des stratégies de référencement ou de contenu. Afin de les définir, revenez sur les analyses de vos besoins préalablement faites et des conclusions qui en ont découlées.

 

Bâcler la planification

Oui, planifier peut faire peur, mais ça permet de mettre en place les livrables. Passer à côté de l’organisation du travail, c’est se diriger vers une suite d’étapes hasardeuses. La planification stratégique web permet d’identifier les parties prenantes, d’assigner le rôle de chacun des acteurs impliqués et de mettre en place un cahier de charge, véritable bible servant de base au processus de création ou de refonte du site web. Du cahier de charges découle l’arborescence du futur site, la création des maquettes (la mise en visuel de la vision) issue de la stratégie préalablement installée.

Vient parallèlement à ces étapes la création de contenu et son intégration qui viendra honorer les pages. En plus d’être pertinent, il servira à bien situer les mots-clés adéquats pour votre entreprise. Suivant la programmation, on débute ultérieurement la cruciale phase de contrôle de qualité. On s'assure que le site web est parfait sur tous les navigateurs supportés et que tous les liens sont validés.

Mieux : Il peut être difficile de savoir par où commencer sa planification. En se demandant quels sont les produits et services dont on souhaite faire la promotion, quels sont nos besoins actuels et quel est le budget que l’on est prêt à investir, on vient déjà de faire un grand pas. Sans faire cet exercice, même les ceintures noires du web ne pourront pas vous aider à tirer le meilleur profit de votre site.

 

Tout faire soi-même

Avoir sa vitrine web est aujourd’hui un incontournable. Plusieurs possibilités sont proposées dont celle de créer soi-même son site. Mais est-ce vraiment une bonne idée? Et si vous alliez perdre un temps fou à réaliser quelque chose qui, au bout du compte, ne répondra aucunement à vos attentes? La plupart des modèles clés-en-main proposés ne sont pas nécessairement adaptés à votre contenu en plus d’être très peu performants en terme de référencement. De ce fait, il est au moins recommandé de laisser l’installation et la personnalisation à un maître du web.

Dans tous les cas, si vous souhaitez absolument bâtir votre site de A à Z, optez pour une solution de création de site simple. Dans le coin droit : Squarespace qui reste un bon produit qualité/ prix, mais relativement limité surtout si vous souhaitez un site avec des fonctionnalités avancées. Dans le coin gauche : Wix, une solution gratuite pour ceux qui n’ont pas de budget et qui veulent tout faire, seuls. Celui-ci est un peu moins apprécié et surtout, il n’apporte pas la qualité de Squarespace.

Et finalement, dans le centre, le leader des CMS (Content manager system): Wordpress. L’un de ses avantages est sa grande librairie de plugins qui peuvent être ajoutés en fur et à mesure permettant à votre site d’évoluer au fil de vos envies. De plus, c’est un outil gratuit. Par ailleurs, si vous ne maîtrisez pas les outils informatiques, ce dernier peut sembler un peu compliqué. De là l’idée de laisser le travail à un professionnel.

Mieux : En faisant faire son site web on s’assure d’une gestion et de conseils personnalisés, d’un référencement optimal, de supports responsives et d’un service après-vente de maintien, ce que n’offrent pas les sites préfabriqués. Dans tous les cas, prenez le temps de tester les options qui s’offrent à vous afin de choisir de qui vous correspond davantage.

 

Être réfractaire au changement

Puisque votre site sera en transformation constante, il est important de prévoir le coup et de visualiser déjà quelles seront les phases ultérieures. Elles doivent être considérées afin que la structure de l’arborescence ainsi que la navigation soit prévue à cet effet. On ne souhaite pas tout repenser à chaque fois. Il faut savoir être flexible et se plier aux prochaines demandes des clients et des ajouts potentiels de pages sans avoir à remanier le site au complet. Tout ceci s’ajoute à une bonne planification en amont.

Mieux : Tout évolue tellement rapidement dorénavant que les cycles de vie d’un site web raccourcissent. C’est pourquoi, plusieurs experts s’entendent pour dire qu’il est préférable d’opter pour un processus d’amélioration continue d’un site pour qu’il soit toujours performant plutôt que d’opter pour une refonte complète à chaque 5 ans. 

 

Tout faire d’un seul coup

Un site vitrine ne suffit plus pour se distinguer. On ne peut pas tout faire en même temps sans analyser et prendre le temps de s’ajuster et d’ajouter éventuellement de nouvelles fonctionnalités. Prévoyez y joindre un blogue, une zone réservée aux membres, une plateforme de e-commerce, ou toute autre application qui aurait du sens pour vous. En pensant en mode « conversion » et « visibilité », vous pourrez tester différentes approches afin que vos visiteurs se transforment en clients. Expérimenter les promotions, landing pages et présentation plus attrayante de ses produits, ça passe par un site en constante transformation plutôt qu’un projet statique que l’on aura achevé en se disant qu’on est bon pour la prochaine décennie.

Mieux : Dans tous les cas, gardez en tête que le web tout comme votre futur site est en perpétuelle évolution. De ce fait, inutile d’avoir comme objectif de créer un site parfait. Vous aurez mieux fait, avec ces conseils, de le mettre en ligne plus tôt que trop tard, quitte à changer et à modifier au fur et à mesure.